2680 Vues |  2

Ny-Alesund, le village polaire

Notre navire s’avance dans la Baie du Roi : c’est mon premier contact visuel avec le Spitzberg. J’ai le souffle coupé. A ma gauche un glacier géant s’avance dans la mer. Au fond de la baie je commence à distinguer deux autres glaciers encore plus titanesques…

 

Baie_du_Roi
Entrée dans la Baie du Roi, le « Kongsflorden »

Magique, c’est le mot. L’arrivée par la mer à Ny-Ålesund, si l’on a la chance d’avoir du beau temps et de la visibilité, est tout simplement magique. Le gigantisme de la nature qui nous entoure est tout à fait prenant. Un mélange de puissance, de calme et de sérénité entre ces masses de glace, l’absence de bruit et le blanc immaculé de la neige qui nous entoure.

Encore quelques mètres, nous commençons à distinguer le village. J’aperçois un petit voilier au mouillage. On discerne les infrastructures techniques, plus ou moins reconverties ou abandonnées suivant le cas, de l’ancienne exploitation minière.

Situé par 79°N et 12°E, dans la baie du Roi ( Kongsfjorden), Ny-Ålesund est le village le plus au nord du monde. 150 personnes y vivent en été, 30 courageux scientifiques y résident en hiver.

On peut y accéder par la mer pendant l’été et il y a également une piste d’avion.

Il y a un tout petit musée, une poste, un café et surtout de magnifiques bâtiments pour la majorité d’époque qui font parti du patrimoine culturel sauvegardé du Spitzberg.

Météo :

La température oscillait entre 0°C et +4°C au mois de juillet quand nous y étions. En hiver, changement radical de décor car ça peut rester bloqué entre -5°C et -35°C de décembre à mars…

Spitzberg-météo-température-Vent-Ny-AlesundTempérature & vitesse moyenne du vent à Ny-Ålesund (crédit : myweather2.com)

 Le vent, est un élément important pour les montagnards et les marins, qui veulent s’aventurer ici. La moyenne de vent est plutôt faible tout le long de l’année. Néanmoins les tempêtes ne préviennent pas et il y a eu jusqu’à 152 km/h enregistré, soit 64 nœuds. Le vent,  quand l’air est froid donc plus dense, est plus puissant. Je vous laisse imaginer l’ambiance que cela peut être au mouillage, avec les growlers qui se mettent à dériver du mauvais coté de la baie…

Un peu d’histoire :

Ny-Ålesund doit son nom à la société minière qui s’y installe en 1916, la « Kings Bay Kull Company AS« . Pour l’anecdote, cette société avait son siège social dans une ville de Norvège s’appelant Ålesund. Du coup ils choisirent d’appeler ce site « le nouveau Ålesund / Ny-Ålesund ».

Si l’on remonte un peu dans le temps :

1610 : Jonas Poole, chasseur de baleine, découvre des morceaux de charbon dans la baie.

1916 : Les besoins en charbon pour les bateaux à vapeur se font sentir avec la première guerre mondiale. Brandal et trois partenaires forment la Kings Bay Kull Company AS (KBKC).

1929 : La KBKC crée une base d’approvisionnement et une station de pêche pour subvenir aux besoins de la centaine de bateaux de pêche et scientifiques qui trouvent une attraction particulière dans cette zone.

1936 : Le tourisme polaire commence à amener de l’affluence. C’est l’ouverture du « Nordpolhottellet » : l’hôtel du pôle Nord. Il fût fermé trois ans plus tard, pendant la deuxième guerre mondiale. Ses activités en tant qu’hôtel reprirent en 1965 pour arrêter en 1966 faute de bilan positif. Puis il fut restauré en 1998 et rouvert le 15 août de la même année. Il est en grande partie occupé par des scientifiques. Le bâtiment est toujours actif.

1941 : 80 personnes sont envoyées à Ny-Ålesund pour redémarrer les activités minières mais dans la même année marche arrière : les forces alliées basées à Londres demandent l’évacuation de la zone jugeant qu’elle ne pourra pas être défendue. Radio, chemin de fer, entrées des mines, centrale électrique, bref l’ensemble du matériel est saboté pour ne pas que cela tombe aux mains des Allemands.

1945 : La société d’état relance l’activité minière mais plusieurs accidents ( 1948, 1952, 1953,1962 ) amènent à prendre la décision de fermer le site en 1963.

 

1966-68 : L’observatoire du nord est formé avec le conseil européen de recherche spatiale : le Nordlysobservatoriet puis en 1968 l’institut polaire Norvégien met en place un poste dans une des maisons de Ny-Ålesund.

Aujourd’hui Ny-Ålusend est un centre de recherche international de l’Arctique. La Norvège, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, la Corée, la Chine, le Japon et la France sont représentés.

 

Les expéditions :

Ny-Ålesund de par sa position la plus septentrionale du monde est un point de départ  privilégié pour de nombreuses expéditions scientifiques qui ont eu lieu au cours du XXème siècle.

 

Les deux plus fameuses expéditions dont on peut encore voir des vestiges à Ny-Ålesund :

    • L’expédition de 1926, première à atteindre avec certitude le pôle Nord avec Roald Amundsen (norvégien), Lincoln Ellsworth (américain) et Umberto Nobile (italien) à bord du dirigeable « Norge ».

    • L’expédition de 1928, avec Umberto Nobile et le dirigeable « Italia » qui connu une fin tragique.

« Roald Amundsen, explorateur norvégien, premier homme à avoir atteint le Pôle Nord lors de l’expédition du dirigeable Norge. »
Ene définition. « Septentrional » : peu utilisé par nos amis anglo-saxons son étymologie nous échappe parfois car ce mot fait appel aux Sept Bœufs qui est l’ancien nom de la constellation de la Petite Ourse, permettant de repérer l’étoile polaire indiquant le Nord. Septentrional désigne donc « le point cardinal nord ». On peut difficilement en vouloir aux anciens, ils étaient loin d’imaginer qu’il n’y avait pas de bœuf au Pôle Nord mais des ours blancs. Heureusement tout est rentré dans l’ordre … ou presque !