2897 Vues |  Like

Au coeur de Quatro : une visite dans l’un des meilleurs atelier de shape de Maui

 

 

Il y a quelques années j’étais une après midi à Kanaha, un de mes spots de windsurf favoris pour l’ambiance familiale cool qu’il y règne et pour l’outside reef qui permet de se mettre en jambe avant de se jeter dans le chaudron magique d’Hookipa quand on a les douze heures de décalage horaires dans les pattes.

Après une session d’un banal hawaïen ( 2 mètres side shore, eau turquoise, wishbone qui glisse avec la crème solaire sur les mains, obliger d’éviter les tortues au bottom dans la vague, arc en ciel en arrière plan ) … donc après une banal session de planche disais-je, je m’attardais sur le parking en regardant un peu le matériel qu’il y avait dans les trucks et en particulier deux boards Quatro flambantes neuves. Je connaissais la marque mais à cette époque on n’en voyait pas trop encore en France. Le propriétaire des planches engage la conversation, c’était Laurent Guillemin, un français de l’équipe Quatro. Il me propose de venir boire le café le lendemain matin à « La Cannerie » à Haiku.

La Cannerie … nous voilà à l’épicentre. Quand je suis arrivé là il m’a fallut que quelques minutes pour bien comprendre que tout part de là. Comment puis-je vous décrire cela … C’est un endroit clef où vous avez en même temps le shaper, le sail-designer ( le maître voilier en bon français ) , le designers, la boutique, le café du coin … C’est un point de rencontre, un point de partage. Les gens viennent pour échanger leurs impressions, se faire faire une planche, acheter du matériel mais c’est avant tout un endroit calme et agréable qui est plutôt matinal. On prend la température de ce qu’il va se passer, on fait des prédictions sur les conditions de swell qui vont arriver. Même si vous n’êtes pas planchiste ou surfeur c’est vraiment sympa Haiku pour venir y prendre son petit déjeuné à la cool. Tous ces échanges permettent au shaper d’avoir des retours techniques et une vision de la tendance du moment. Tous les points sont abordés. Ça navigue l’après midi, on a un feeling, l’idée vient, elle est échangé avec le shapeur ou un des membres du team le lendemain, l’idée part en partie sous le rabot du shaper, le sail designer a son avis, on test un nouvel aileron, des lattes plus souples, plus raides, « t’en pense quoi ? Aujourd’hui j’étais plus à l’aise comme ci, comme ça, je mettrais bien un peu de creux en bas de la voile, je manque un peu de puissance quand même, non y’en a trop je me fais tracter au surf, essaye comme ça … »

Voilà la beauté et l’atmosphère de cet endroit, tout ça dans un décors paradisiaque avec le café con late local à 10 mètres du shop et ses brownies bio pour attaquer le petit déjeuner. Voilà pourquoi le Team Quatro-Goya propose des planches et des voiles avec ce niveau d’aboutissement. C’est une boucle de design classique mais ici y’a une petite touche supplémentaire avec le life-style qui fait que ça prend bien et surtout, surtout des gens passionnées , à l’écoute, qui se remettent chaque jour en question : « what’s next ? » .

 

 

COMMENT TOUT A DÉMARRÉ ET « WHAT’S NEXT »

Francisco Goya enjoying Maui beauty

Avec Francisco Goya, champion du monde, développeur et à l’origine de Quatro-Goya.

Comment tu t’es lancé dans le dessin d’équipement et comment a démarré Quatro / Goya ?

Je customisais mon skate déjà quand j’avais 6 ans, ensuite mon frère travaillait le graphisme tandis que moi je modifiais les trucks et le reste des pièces. Dès que j’ai eu le virus de la planche à voile, j’ai compris que pour naviguer comme je le souhaitais il fallait que je dépense à peu près autant d’heures à développer mon matériel que les heures que je passais sur l’eau. Quand je n’étais pas sur l’eau je voulais regarder les magazines et les vidéos, dessiner les manœuvres idéales, concevoir mes voiles, mes planches, mes ailerons, etc. A ce moment là, en Argentine, j’ai commencé à travailler avec les ateliers de shape locaux et quand j’ai eu 18 ans je suis parti à Maui pour naviguer toute la journée et vivre mon rêve. Ici j’ai commencé à naviguer pour différents shapers et designer pour les aiders dans leur programme de recherche et développement. 5 ans plus tard, en 1994 je me suis mis avec mes amis (note : Keith Teboul, Jason Prior, Sean Ordonez et moi même) et nous avons monté notre propre marque et notre propre atelier, qui était et qui est encore aujourd’hui Quatro. Nous n’avions pas à convaincre qui que ce soit, nous faisions juste les designs sur lesquels nous voulions naviguer et nous voulions les construire avec les nouveaux matériaux qui influencèrent directement notre style de navigation et la façon dans les autres personnes percevait et ressentait le windsurf. Ce fût réellement ces windsurfeurs passionnés venu du monde entier qui achetèrent notre équipement et qui alimentèrent avec le sport ce qui fût le démarrage de notre marque.

Comment cela fonctionne chez Quatro-Goya?

Cela fonctionne avec une équipe de personnes qui ont consacrés leur vie autour du windsurf, les bureaux, l’atelier de voilerie, l’atelier de production de planches custom a Haiku, tout cela à 5mn des conditions les plus consistantes et les plus variées au monde pour naviguer. Le mélange de conditions de navigation qu’offre Maui avec les nombres de visiteurs qui viennent de tous les coins du monde, nous permettent de tester nous même le matériel et de recevoir directement les retours de nos clients. Du coup chaque jour nous naviguons et entendons les feedback qui sont directement pris en compte dans la production, le business et sport. Tout tourne autour de notre passion et du développement pour la navigation au plus haut niveau, pour notre entreprise et pour le sport. Quand le nouveau matériel arrive je suis aussi excité que quand j’ai eu ma première planche 25 ans plus tôt.

Vous avez les yeux tournés vers la technologie ou vers l’expérience ?

En 1992 nous avons commencé à expérimenter nos premières planche en styro/sandwich et avec ce nouveau matériel très léger ça inspiré notre navigation vers la révolution du double loop.  Plus tard en 1996 nous avons commencé à travailler avec notre première machine à shaper à usinage numérique (CNC) avec laquelle sont venu toutes les carènes concaves et double concaves qui ont ensuite guidé les twin-fins (double ailerons), le développement des quads (quatre ailerons) et avec eux le changement complet des outlines ( pourtours), des carènes et de la façon dont nous allions naviguer en vague à jamais. Donc oui, avec la même équipe nous continuons dans notre atelier et à la voilerie à travailler et progresser au jour le jour, et nous cherchons sur ce qui peu se faire avec des matériaux écologique et c’est réellement l’association des deux choses. L’expérience vient de la consistance de notre travail, le travail d’équipe la technologie et l’engagement pour s’améliorer et progresser tout le temps.

 

Qu’est ce que Goya offre que les concurrents n’ont pas ?

En développant les planches et les voiles ensemble nous sommes capable de combiner les dessins et d’apporter directement notre point de vue sur le sport. Je vois aussi l’industrie du windsurf comme un projet communautaire, nous apprenons tous et regardons comment nous pouvons améliorer le sport, une chose dont je suis sûr, il faudra bien plus qu’une marque et d’une vision pour amener le windsurf jusqu’au l’endroit qu’il mérite. 

Quelques membres de l’équipe

Maintenant l’équipe est très grande, en essayant de n’oublier personne il y a  : Keith Teboul, Lalo Goya, Francisco Goya, Pascal Broninman, Laurent Guillemin & Molly Sander qui sont ici depuis longtemps. Pour la partie graphique des planches et du marketing il y a Bjöern Zedlick. Du coté de l’atelier il y a Thierry, Philippe, Dave, Mike, Emanuel et Nano qui fait la déco pour les planches customs. Stéphane iest le technicien internet.

Les riders pour Quatro-Goya sont : Levi Siver, Brawzinhie, Bernd Roeiger, Camile Juban. Jason Diffin est en charge du dessin des voiles et de la voilerie.

Pour ci rendre : Quatro – Goya, 375 West Kuiaha Rd, Unit #1, Haiku, HI 96708, USA

 

Website :

quatrointernational.com

goyawindsurfing.com

 

Remerciement crédit vidéo : Quiver Windsurfing